cloisons isolantes
Partager sur facebook
Partager sur pinterest

Atténuer les nuisance sonores

Aahh les nuisance sonores…quand ce n’est pas les voisins,
c’est doudou qui se croit au ciné avec le home cinéma, la machine à laver qu’on
a lancé trop tard ou notre ado, au téléphone depuis 2h, la chasse d’eau du
petit dernier qui se lève la nuit… Et au bureau, les open spaces ont fait la
part belle au 4 murs. Résultat, tous le monde vie avec tous le monde et le
repos mental est mis à mal, sans parler du sommeil !

D’autres problématiques peuvent aussi vous encourager à
trouver des solutions acoustiques comme par exemple l’arrivé d’un bébé dont la
chambre est mitoyenne au salon ou à la salle de jeux des plus grands. Si vous
travailler de chez vous, à la maison ou en télé-travail, pouvoir s’isoler
completement par moment.

Saviez-vous que les ondes sonores se propages quatre fois
plus vite dans l’eau que dans l’air ?

Oui car elles ont besoin d’une succession de compressions et
de dilatations pour pouvoir se propager dans le milieu dans lequel elle est
produite (comme un ressort). Ce milieu peut être solide, liquide ou gazeux. Dans
l’eau, la vitesse du son se propage à 1500m/secondes contre 340m/secondes dans
l’air. Plus le milieu est solide, plus la propagation des ondes sonores sera
rapide. Ainsi, taper dans une barre en acier, la vitesse du son atteindra
5km/s ! Et dans l’espace la densité de matière est très faible de l’ordre
de 1 particules/cm cube contre 1020/cm cube sur la
terre, la densité

Pour comprendre cette histoire de propagation par
compression, je vous propose de prendre un exemple simple :

Si on pousse un ressort très dur, l’effet
à l’autre bout du ressort se ressentira presque immédiatement. Alors que si on
pousse sur un ressort beaucoup moins rigide, plus souple, l’autre extrémité se
mettra en mouvement plus tard.

J’aime les exemples
moins scientifiques, ils ont le mérite d’être mémorisé plus facilement et de
retenir l’essentiel.

Pour comprendre la propagation des ondes sonores, il faut
faire la distinction entre les bruits aériens et les bruits solidiens.

Le premier concerne une source qui n’a pas de contact avec
la structure construite (les murs, sols et plafond de votre maison), par
exemple une conversation, la TV, le bruit dans la rue etc. Les bruits aériens
se propagent dans l’air puis font vibrer les cloisons. Chaque cloison qui a
vibré fait vibrer l’air à son tour dans le local voisin, c’est de cette façon
que le son traverse la cloison.

Alors que le second a pour origine une vibration directe
avec la structure (chute d’objet, bruit de pas, ascenseur, chasse d’eau, notre
acoup sur la barre d’acier etc.)

Maintenant que nous avons fait un petit tour des
informations essentielles, pour mieux appréhender notre problématique, parlons unité
de mesure :

L’unité qui exprime les niveaux de bruit est le décibel
(dB). La particularité de cet indice est qu’avec seulement 3dB en moins, on
divise le niveau sonore par deux.

Plus représentatif de ce que l’oreille humaine perçoit, le
décibel(A) ou dB(A). C’est en général, l’unité utilisée pour évaluer les
performances acoustiques d’un matériau.

Saviez-vous qu’un logement ne doit pas dépasser 35dB(A) pour
un confort minimum ?

Afin de pouvoir évaluer les solutions proposées, voici un
tableau de repère de niveau en dB

Niveau en dBRepères approximatifs
150Pétard
135Avion au décollage
130Danger d’éclatement des tympans : explosions…
120Seuil de la douleur Discothèque
117Cinéma, Match de football
Jusqu’à 116Tronçonneuse (Scie à Chaîne), souffleuse à feuille
110Concert Rock, piste d’aéroport, marteau piqueur à 1m, klaxon de
voiture
100Pointes d’orchestre, concert électroacoustique, circuit automobile,
camion à ordure
Jusqu’à 96Tondeuse à gazon
90Motos, imprimerie, chantier de construction, bord autoroute, robot
culinaire
Jusqu’à 88Aspirateur
80Bruit moyen de la circulation en ville, orchestre de percussion,
grandes orgues, jazz
Jusqu’à 72Machine à laver, lave-vaisselle,
sèche-cheveux
70Cantines scolaires, concert
classique, intérieur voiture récent
sur autoroute
60Conversation normale
30Murmure

Voyons maintenant quel est le comportement d’un bruit qui
rencontre une cloison ?

Lorsqu’un son rencontre une paroi, son énergie sonore est en
partie :

  1. Réfléchie par la cloison, c’est-à-dire qu’il
    revient du côté de la source
  2. Absorbée par le matériau de la cloison et se
    transforme en chaleur dans la cloison
  3. Et transmise par le matériau de la cloison dans
    le local voisin en faisant vibrer l’air de l’autre côté.

Donc pour traiter un problème acoustique il faut traiter la
transmission des bruits grâce à un matériau isolant qui va également réfléchir
cette énergie vers sa source.

Attention, il faut bien faire la différence avec un matériau
absorbant qui va traiter l’énergie réfléchie et absorbée mais qui ne
modifiera pas les propriétés de transmission de la paroi.

Autrement dit, si l’objectif est de réduire la résonnance
dans une pièce, on parle d’absorption acoustique. S’il s’agit de réduire le
bruit venant de l’extérieur ou d’une pièce voisine, il est bien question d’une
isolation acoustique.

Certaine plaque phonique ont été créée pour un gain
d’affaiblissement acoustique supérieur à celui d’un doublage en plaque de
plâtre BA13 standard, réduisant ainsi les dB de 3 (réduction par 2 des bruits
perçus). Il est également bon de savoir que l’absorption de l’énergie sonore
est obtenue grâce à des matériaux poreux qui dissipent l’énergie en la
transformant en chaleur.

Pour isoler phoniquement une pièce, il faut simplement se
rappeler de la loi masse-ressort-masse. Celle-ci est l’interposition entre deux
masses, d’un élément ressort. Il s’agit en fait d’interposer entre un mur et
une plaque de plâtre une couche d’air ou d’un isolant souple, poreux. L’énergie
sonore sera diminuée de 6 à 8dB.

Oui mais alors, ma cloison, je la mets de quel côté ?
du côté de ma chambre ou du côté du salon bruyant ?

Précédemment à ce qui a été dit, il sera évidemment plus
efficace de doubler la paroi des 2 côtés. Mais si l’on devait en choisir qu’un,
je vous dirais d’isoler l’espace recevant la nuisance sonore.

Mais attention, cela ne relève souvent pas que d’un mur, il
faut également penser à isoler le sol, la porte et parfois le plafond. Tout
dépend de la source sonore (voisin du dessus, TV du salon, salle de jeux des
enfants, porte dans les parties communes etc.). Si les nuisances sonores,
viennent de l’extérieur, il faudra très certainement travailler sur la ou les
fenêtres.

Passons maintenant au concret. Vous l’aurez compris, la
performance d’isolation acoustique dépendra de la nature de l’isolant, de son
épaisseur et de sa masse (épaisseur/poids) mais pas que !

Selon la nature de la source, il faudra peut-être travailler
sur l’isolation du sol, de la porte, de la fenêtre ou du plafond.

Isolation phonique des murs :

  • Par le doublement de cloison : Il faudra
    prévoir des travaux, un budget plus ou moins conséquent (selon matériaux
    choisis), et la réduction de l’espace (par le doublement des cloisons). En
    effet si votre pièce est déjà étroite, pensez-y avant afin de ne pas vous
    retrouvez avec  une table de nuit qui ne
    rentrerait plus J
    Elle reste cependant la solution la plus efficace

Il s’agit donc de doubler un mur avec des plaques
d’isolation prévue à cet effet, (voir les différents matériaux).

Doublage sur ossature métallique : Pour une
meilleure performance acoustique, posez d’abord des bandes de résiliences (du
liège par exemple) sous l’ossature
métallique (rappelez-vous la solidité de l’aluminium). Celle-ci auront pour
effet d’amortir les vibrations qui se propagent sur les côtés des plaques…
Utilisez un mastique acoustique pour les coller au plancher, puis vissez
l’ossature métallique sur le plancher en traversant les bandes de résiliences.

Si vous avez assez d’espace, je vous conseille de doubler le
« ressort » du matériau poreux avec un espace d’air d’environ 1cm.

Une autre solution, est le doublage thermo acoustique à
coller. Il s’agit de paroi à coller composées en général de laine minérale et
de plaques de plâtre. Elles peuvent se coller ou se visser directement sur le
mur existant. L’avantage est sa facilité d’implantation. Cependant, elle
réduira également l’espace.

Isolation phonique du sol :

Pour commencer, retirer le revêtement actuel. Ajouter une
sous-couche acoustique comme des panneaux minces en laine de verre, et
recouvrez votre sol de son nouvel habit J
c’est aussi une bonne excuse pour changer la déco !

Isolation de la porte : Pour bien isoler une
porte des bruits sans la changer, il faut travailler sur  la masse du
ventail, en ajoutant une masse supportable pour les gonds de votre porte.
Travailler aussi sur l’étanchéité de l’installation. C’est-à-dire tous les
passages d’air qu’il y a sur votre porte (encadrement, trou de serrure, bas de
porte). Un passage d’air laissera automatiquement filer le bruit. Vous pouvez
trouver des produits comme des joints isolants adhésif, bas de porte (bourlet
en mousse), plaque de liège à coller directement ou un rideau phonique couvrant
largement le châssis de porte. 

Pour le plafond, il existe des solutions assez minces
également, en laine minérale et plaques de plâtre phonique pour éviter de ne
trop perdre en hauteur sous plafond, adressez-vous à un artisan qui saura vous
guider.

Si la nuisance sonore provient de l’extérieur, il s’agit
surement d’une mauvaise isolation de la fenêtre. Si c’est un simple
vitrage, ne cherchez pas plus loin, il faudra très certainement la changer pour
remédier à votre problème acoustique. Le double vitrage est composé de 2 verres
séparé d’un espace d’air qui amorti le bruit (et qui a également une fonction
thermique).

Afin de vous aider dans le choix des matériaux, en voici une
liste non exhaustive par ordre de performance : Fibre de coco, fibre de
bois, ouate de cellulose, laine de verre, laine de roche, panneaux isolant sous
vide, Mousse de polyuréthane, liège expansé etc.

Autres solutions et pas des moindres, diminuer le bruit en
meublant et en décorant vos espaces de vie! Et oui, lorsqu’une pièce est
vide, les bruits « résonnent » comme on dit les ondes sonores se propagent
facilement aucun amorti. Alors n’hésitez pas sur les tapis, les meubles (en
bois particulièrement), les décorations murales, les coussins, les rideaux, les
objets de décoration. Vous pourriez aussi envisagez de « doubler »
une cloison en intégrant un dressing plutôt qu’un panneau isolant par
exemple !

Le tout est d’analyser la provenance du bruit et l’élément
qui en est traversé.

Si la tâche vous semble trop compliquée, faite appel à un
acousticien ou à un artisan, vous êtes maintenant assez armé pour ne pas vous
laissez embobiner

Courage et pensez à votre repos mental, l’issu n’est pas
très loin !

Inscrivez-vous à notre newsletter

Partagez cet article avec vos amis

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin